tibétain  (2014)

Il m’a fallu plusieurs années pour trouver un traducteur capable de réaliser une version tibétaine du Petit Prince. Un premier essai avait été réalisé par le Lama Rakra Thupten, le beau-père de l’émissaire du Dalaï Lama qui vit avec sa famille en Suisse au sein d’une communauté importante d’exilés tibétains. Malheureusement cet homme déjà âgé est décédé peu après le début de son travail.

Finalement c’est grâce au Prof. Françoise Robin de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris que j’ai rencontré Tashi Kyi & Noyontsang Lamokyab. Tashi Kyi est une jeune exilée tibétaine qui fait des études universitaires et qui parle parfaitement le français, M. Lamokyab est un écrivain et philosophe réputé au Tibet qui est également en exil.

Une fois leur traduction terminée, la mise en page s’est avérée un vrai casse-tête pour la graphiste des éditions Favre. Où couper les mots ? Où interrompre les phrases ? Où placer les légendes ? Ce n’est finalement qu’en réunissant chez la graphiste tous les intervenants, que le livre a pu prendre forme. Mais la venue en Suisse de deux exilés tibétains « sans-papiers » (au sens propre de terme) fût à elle seule une aventure riche d’expériences.